Le retour de ... l'Etat" ?

Aller en bas

Le retour de ... l'Etat" ?

Message  max mayneris le Sam 29 Déc - 15:22

LE RETOUR DE ... L'ETAT
On se prépare à un grand débat "démocratique" à propos des changements et réformes à apporter à l'organisation et au fonctionnement de notre société. On verra bien, on y trouvera sans doute quelques bonnes idées ... Moi, j'en ai une, qui ne m'obsède pas, mais qui me parait assez évidente, ce qui n'est pas une raison suffisante pour qu'elle soit partagée! Un problème sérieux de notre France, me semble-t-il, c'est que son "Etat" est en très mauvaise santé, très affaibli. La longue succession droite-gauche aux manettes du système l'a mis dans cet ... état.

La "droite"*, par son idéologie, n'a cessé de vouloir réduire l'Etat à l'impuissance, lui ôter ses capacités d'intervention, c'est-à-dire ... des finances suffisantes, elle l'a dénigré par une description courtelinesque de ses agents, elle l'a accusé de "socialisme" ou de "populisme" dans toute manifestation d'intérêt pour des valeurs collectives, elle a ruiné son rôle "protecteur" par l'adulation sans limite de la concurrence et de la compétitivité (par les prix) qui font le triomphe du "dumping" (fiscal, social, écologique), elle l'a présenté comme un obstacle à la crois -sance et au développement par son "coût" jamais assez bas, elle ne lui a proposé comme action que " la baisse des charges", " la réduction des impôts", et la participation à ... "la destruction de la gauche et des populistes(?)" ! Un tel projet a irrité une bonne partie des Français plus qu'il ne les a fait réellement rêver**, soit parce qu'ils le redoutaient, soit parce qu'il leur semblait destiné à rester, justement, à l'état de "rêve", soit parce qu'il promettait de réduire l'Etat à un "avorton" !    

La "gauche", par son idéologie, a proposé un Etat hypertrophié et omnipotent comme voie triomphale de notre avenir, l'a ruiné par ses maladresses fiscales et de gestion de la dépense publique, l'a discrédité par ses abus de verticalité administrative et de production normative, a sclérosé l'économie par sa méfiance de l'entreprise et des initiatives "privées", par la crainte de la concurrence qu'elle a réduite, elle aussi, à sa version du "dumping", elle ne lui a proposé comme action que  "l'implantation de services publics partout, tout le temps, et à n'importe quel prix", " la chasse aux abus des grandes entreprises",  et la participation à ... " la destruction de la droite et des populistes (?)". Un tel projet a irrité une bonne partie des Français plus qu'il ne les a fait rêver**, soit parce qu'ils le redoutaient, soit parce qu'il leur semblait destiné à rester, justement, à l'état de "rêve", soit parce qu'il promettait de ruiner l'Etat encore plus !

Il y a , bien sûr, un peu d'exagération dans cette description, pour une fois un peu ... passionnée, mais ...

L'économie, dans les temps calmes***, domine la vie politique. J'en conviens, et cela est inévitable car la santé économique conditionne l'état des finances, et les finances restent le "nerf" de ... tout le reste, y compris de la politique, en période "calme"***. L'économie conditionne aussi la " qualité de vie" des citoyens. Elle prend donc, c'est évident, une tournure "sociale" de premier plan qui ne peut être ignorée par l'Etat. "L'Etat" est un acteur économique, tout le monde l'admet. Qu'il intervienne aussi dans l'organisation et dans le fonc - tionnement de l'économie, par des voies démocratiques, n'est pas une injure au bon sens si "l'Etat" n'est pas qu'un "ectoplasme" social. Voilà qui contrarie ...  "la droite" et stimule ... "la gauche", les pousse dans un conflit aussi passionné, exacerbé que malfaisant pour ... la Nation !

Je me demande donc si ce qui pourrait faire "rêver" les citoyens aujourd'hui ne serait pas, en fait, "le retour de l'Etat" avec des dimensions et des moyens "nécessaires et suffisants", un "Etat" capable de gouverner, c'est-à dire de prendre des décisions pour "grandir" la Nation, don - ner du sens à son rôle dans le monde, pour faire croître le bien-être d'une majorité de citoyens, un "Etat" détenteur d'un peu de puissance (c'est-à-dire de ressources financières), un "Etat" générateur d'autorité, de protection, de justice, garant d'une grande liberté, mais avec une contrepartie sans concessions: le civisme ! Et tout ceci par l'intelligence, l'habileté, la souplesse, la force de l'administration et la confiance qu'elle donnerait (c'est pourquoi nous avons bien besoin d'une "ENA" perfor - mante, qui soit saluée plutôt que vilipendée), par un lien réel avec la Nation aussi, ... et enfin par l'exigence du respect de la loi et de l'Etat (... valeurs essentiellement collectives!) .

Fin des OREMUS !

"LE RETOUR DE l'ETAT" ( ... et de l'ENA, comme nous en rêvons ? ), un souhait de " bonne année 2019 "  !!

 
* doit-on considérer qu'il y a une "droite citoyenne" ( ... populiste ?), différente d'une doite du "business"  et de ses idolâtres ?
** "une politique qui ne fait pas rêver est condamnée à l'échec"  Gal de Gaulle  
*** la période n'est pas aussi "calme" qu'on le croit , mais comme le citoyen ne prend plus part à l'action militaire, il se
    croit dans un temps "calme" !
max mayneris
max mayneris

Masculin Nombre de messages : 203
Age : 72
Localisation : Dax
Date d'inscription : 21/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum