Le Président ... et les "riches" !

Aller en bas

Le Président ... et les "riches" !

Message  max mayneris le Ven 13 Avr - 12:19

Le Président … et les "riches" !
Un militaire a bien d'autres soucis que celui-là . Un militaire en retraite peut consacrer quelques instants à ce sujet, … il n'est quand même pas futile. Sans aucune
intention partisane, un simple " débroussaillage" peut aider ceux qui manquent de temps à … en gagner !!

La question des rapports d'un Président et des "riches", débattue dans l'actualité, a quelque chose de très ingénu, tellement elle n'a rien d'ambigu. Nous sommes
dans un Pays dans lequel le système dual "démocratie représentative - économie libérale" est encore choisi (faut-il le regretter ?) pour organiser le fonction -
nement de notre société. Ce choix est libre et nous a placé au 5° (6°?) rang mondial. Dans ce système, l'économie est dirigée par les détenteurs de capitaux, les
"riches" ( comment se sont-ils constitué ce capital, … c'est une autre histoire ). Ils y ont le pouvoir de décision pour faire agir la "finance" (par la banque et la Bourse),
pour créer du travail (par les entreprises), en particulier. Ils sont, de ce fait, à la base de notre prospérité (considérée globalement, sa répartition dans la société étant
un autre problème). Ils ont une bonne part de responsabilité quant à l'état de notre économie, et donc de notre "bien-être". Ils sont évidemment indispensables, dès lors
qu'on ne trouve pas un système de remplacement ou de complément solide pour la création et la propriété du capital, ou qu'on n'imagine pas un autre moyen que le capital
pour faire fonctionner l'économie. Ces dernières questions, lorsqu'elles sont étudiées, s'avèrent très délicates, très complexes, très périlleuses … C'est bien pour cela qu'on
les a vite confiées à la "science politique". Bien que divisée sur ce point, la science politique constate généralement qu'il est illusoire de prétendre réorganiser notre sys -
tème rapidement sans passer par des phases dévastatrices, en l'état actuel de cette science tout au moins !
Cette position dominante des "riches" n'est ni nouvelle, ni plus négative que d'autres formes de détention du pouvoir économique, par expérience historique. La richesse moyenne individuelle progresse dans les Pays adeptes de ce système . Le point inquiétant, c'est vrai, est l'accroissement des écarts ( appelés "inégalités"), lié aux méca -nismes de concentration et d'accumulation , peut-être accéléré par les rivalités des "champions" et de leur entourage pour leur classement international dans le nouveau
sport institué dans le monde économique. L'effet de cette compétition sur la situation moyenne de la multitude est sans doute moins important qu'on ne le croit, et ne pré -
vaut que par son caractère dit "moral". Il n'arrange tout de même rien de la situation et surtout du "moral", justement, des moins fortunés !
La responsabilité de l'état de l'économie n'incombe aux "riches" qu'en partie, car notre système limite tout de même leur liberté, et complique leur action par des inter -
ventions de nature politique visant à assurer la cohésion nationale, la dignité sociale, … préoccupations tenues plutôt pour vertueuses . Voilà pourquoi notre Président ,
quel qu'il soit, s'occupe des "riches", espérons-le, et leur consacre un minimum d'attention et d'intérêt . Mais, … pas facile d'être le "Président des riches": il en a un be -
soin indispensable, comme nous tous, et il doit en plus les inciter à se soucier du "collectif ", alors que leurs "affaires personnelles" les tourmentent déjà beaucoup !

Pour un "Président" (l'actuel comme tout autre), garder les "riches" dans la Nation, ne pas les effaroucher, tout en leur faisant lâcher autant de capital que possible dans
les "tuyaux redistributifs" (qui sont, pour l'essentiel, les entreprises ), plutôt que l'employer ailleurs et autrement, est une affaire dont on ne soupçonne sans doute pas la difficulté. Les voies et les moyens ne sont peut-être pas aussi divers qu'on le croit et n'épargneront l'ingratitude à aucun de nos Présidents* !!

* " La gloire, en politique, est le salaire de l'injustice". Alain (NDLR: l'injustice traquée et défaite, celle ressentie aussi, … qui fait écrire des "mémoires" ! )

avatar
max mayneris

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 71
Localisation : Dax
Date d'inscription : 21/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum