Ambitions !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ambitions !

Message  max mayneris le Jeu 15 Sep - 12:41

ECONOMIE ET STRATEGIE MILITAIRE

Je viens de prendre connaissance d'un excellent article (Ambitions nationales et capacités militaires ) produit par l'ASAF (... c'est toujours le cas! ). Dans ma modeste situation de retraité, ses propositions me semblent justifiées et je m'étonne même qu'elles soient moins exigentes que celles de notre CEMA qui demande, à juste titre me semble-t-il, une hausse du budget militaire à 2% du PIB immédiatement et non à 5 ans ! L'objectif des 3% à 5 ans sera exigible lorsque nous aurons déjà atteint celui, plus immédiat, des 2%, en espérant une sortie de crise économique européenne.

Mais cet article m'a poussé à quelques réflexions complémentaires ( les retraités n'ont que ça "à foutre"! ) .

La France est encore la 5e puissance économique qui, avec 1% de la population de la planète, produit 4 % des richesses de celle-ci (PIB de 2 100 milliards €) ... et occupe encore le 2e rang européen sur le plan économique et démographique. ( extrait de l'article).

Pourquoi, alors, entend-on les militaires se plaindre de leur budget, les policiers de l'insuffisance de leurs effectifs, les "hommes de l'ombre" ( renseignement) du manque de moyens, les enseignants des carences expliquant notre piètre classement international dans leur domaine, les médecins et les infirmières de l'indigence des hôpitaux, les juges de l'état lamentable de leur Institution et les justiciables de sa lenteur, les agents de la DDE de l'état alarmant de notre réseau routier, les agents de la SNCF de la menace d'insécurité de notre réseau ferré, les agriculteurs de l'insuffisance des soutiens, les citadins de l'état des banlieues, les ruraux du désert des services publics, les "patrons" du poids exhorbitant des "charges", les citoyens de la pression insoutenable des impôts ... ( j'en oublie, bien sûr!), et demander aussi une baisse ( peut-être effectivement souhaitable) de nos dépenses publiques !
Il doit y avoir de la gabegie quelque part, et depuis longtemps (faudrait donc examiner la compétence ou la roublardise, plus que la "couleur politique", de ceux qui dirigent l'économie), et la situation n'est peut-être pas aussi avantageuse que celle décrite ci-dessus (sans tomber dans le déclinisme) !

Ce constat conduit à deux observations "basiques":

- dans ce fatras de quêtes ( qui aliment la "machine politique"!), il faut faire des choix, hiérarchiser les besoins et les urgences dans l'intérêt général, ce qui est particulièrement délicat et pas toujours compatible avec la "paix sociale" , ... il faut donc beaucoup de démocratie ou de baston (question d'empressement ou d'urgence!) ;
- on le sait depuis longtemps, l'ambition de puissance est subordonnée à l'économie, ce qui revient à dire qu'il faut viser le redressement économique d'abord, la puissance militaire ensuite et que, dans une situation tendue (économique - ment), il faut viser sa sécurité avant ses rêves de puissance, se résoudre à une "défense collective" (au niveau géostratégique) plutôt que prétendre à "l'autonomie stratégique" !

Quelques éléments de réponse sont d'ailleurs dans le texte de l'ASAF; extraits :

- la France ...A-t-elle réduit ses ambitions ? La situation sécuritaire s’est-elle améliorée ? La dette a-t-elle diminué ?
- Comment disposer de la palette des moyens nécessaires pour faire face aux conflits dans lesquels nous nous engageons ?
- Comment parler aujourd’hui d’autonomie stratégique ...

- ... exiger des candidats qu’ils formulent clairement leur projet et leur ambition pour la France et qu’ils définissent sans ambiguïtés leurs priorités en privilégiant les intérêts supérieurs du pays et de long terme plutôt que les intérêts catégoriels et de court terme.

- L’Allemagne consacre à sa défense une somme équivalente à celle de la France (32 milliards €/an) alors qu’elle ne dispose pas de force de dissuasion, ni de marine océanique, et qu’elle n’est pas engagée autant que notre pays dans des opérations extérieures.
La Grande-Bretagne, qui consacre pourtant 2% de son PIB, qui est équivalent au nôtre, (contre 1,5% pour la France), accepte d’être dépendante stratégiquement des États-Unis.

( Nota: je ne suis pas partisan d'un abandon de la sécurité par le "nucléaire" ! )

« Ce qui caractérise la démence, c’est la disproportion entre les vues et les moyens » disait Napoléon Bonaparte (extrait
de l'article) : en tant que St Cyrien, je ne me permettrai pas de "discuter" Napoléon ! J'ajouterai cependant qu'on peut voir aussi , dans cette disproportion, une définition de la mégalomanie, ou de la mystification !


Mais ce sont peut-être là des considérations "de bon sens", donc ... "populistes" !

avatar
max mayneris

Masculin Nombre de messages : 99
Age : 71
Localisation : Dax
Date d'inscription : 21/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum